Il y aura de la place pour tout le monde

Les abords paysagers du bâtiment principal des études d’HEC apparaît comme un lieu de pause et de passage. Exposés au soleil, ils invitent à la flânerie, aux rassemblements libres, peuvent aussi se transformer en lieu de travail éphémère, ces ‘’territoires’’ sont à usages multiples.
Invité par l’espace d’Art contemporain HEC dans le cadre d’une résidence, nous proposons donc d’accompagner cet acte d’ ‘’Investir le lieu’’ sur cet espace en particulier.
La dimension de cette grande école HEC est marquante à plusieurs points. Nous souhaitons en effet interpréter l’idée que le parcours scolaire se caractérise par le franchissement d’étapes vers une forme de réussite, d’excellence. Ce déplacement peut alors s’associer à l’idée de la pyramide. L’évidence métaphorique de la pyramide exprime cette idée d’un déplacement de l’individu, en quelque sorte la volonté d’une escalade.
La pyramide est une forme géométrique empruntée par le psychologue Maslow, pour qualifier et quantifier les différents besoins d’un individu. La pyramide décomposée, tronquée, renversée, transforme cette répartition des besoins en usages. Se formalise alors une variation de piédestal, ici inaccessibles ou praticables, ici individuels ou collectifs.
‘‘Il y aura de la place pour tout le monde’’ est une série de socles qui interrogent la place de l’étudiant en écho avec son environnement et sa capacité à ambitionner sa réussite ou sa chute.

 

 

Retour